Saisissez votre recherche

Monde

La France agacée par les provocations turques

Lors d’une interview à la radio, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a exprimé son désaccord et son mécontentement avec la Turquie au sujet de sa politique agressive en Méditerranée orientale, au Haut-Karabakh, en Libye, en Irak mais aussi en Syrie.

Ce que Jean-Yves Le Drian a dit :

« J’ai évoqué à plusieurs reprises les désaccords très importants que nous avons avec la Turquie sur son expansionnisme et sur sa politique du fait accompli, soit en Libye, où elle envoie des mercenaires syriens au combat, soit en Irak, dont elle détient la partie nord, le Kurdistan irakien, soit en Méditerranée orientale où elle menace deux pays de l’UE, Chypre et la Grèce, soit au Haut-Karabakh, où elle a également envoyé des mercenaires syriens, mais aussi en Syrie même.

Nous avons des nombreuses desaccords. Nous devrons les aborder un à un. Mais pour ce faire, il faut une attitude analogue de la part de la Turquie.

Mais qu’avons-nous vu, ces derniers temps ?

Le président Erdogan, pendant la poussée de la menace terroriste contre la France et aussi contre l’Europe, a adopté un langage diffamatoire qui ne permettait pas le dialogue.

C’est ainsi que nous arrivons à la question qui se pose aujourd’hui au niveau européen : l’UE a annoncé en octobre qu’elle évaluerait la position de la Turquie sur les différents fronts, lors du Conseil de décembre, c’est-à-dire dans quelques jours, puis nous vérifierons si elle respecte ses engagements.

Il ne suffit pas, je le dis clairement pour vos auditeurs turcs, il ne suffit pas que, depuis deux ou trois jours, des déclarations rassurantes du président Erdogan aient été faites. Des actions sont nécessaires … Nous jugerons sur la base des actions ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *