Saisissez votre recherche

Grèce

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de K. Sakellaropoulou

A l’occasion de la “Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes”, la présidente de la République hellénique, Katerina Sakellaropoulou, a envoyé un message, via Facebook. Mme Sakellaropoulou condamne toutes les formes de violence qui portent atteinte à l’intégrité physique, mais aussi à la dignité de toutes les femmes.

Le message :

« La violence à l’égard des femmes, la violence physique, sexuelle, psychologique et économique, la violence qui affecte l’intégrité et la dignité, est un phénomène mondial, d’une endurance historique unique, avec des conséquences douloureuses.

Et, bien que rarement signalée et encore très rares, les chiffres sont accablants : selon l’ONU, une femme sur trois sera confrontée à la violence de son partenaire à un moment de sa vie, une sur cinq sera violée ou victime d’une tentative de viol, et des millions de femmes dans le monde seront victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle, et de travail forcé.

La pandémie de coronavirus, les problèmes financiers, la coexistence forcée dans l’espace limité de la maison, créent aujourd’hui une atmosphère explosive qui favorise les phénomènes de violence domestique et multiplie les crimes contre les femmes.

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, mouvement symbolique de grande importance, appelle à la vigilance et à l’action.

Acceptation et tolérance zéro de la violence contre les femmes. Punition des coupables. Mise en place de structures de soutien et protection des victimes.

Et, surtout, changer le paradigme familial et social, grâce à des processus éducatifs et de conseil. Il faudra du temps pour dissiper les stéréotypes qui découlent de l’inégalité entre les sexes et entourent idéologiquement le phénomène, stigmatisant souvent la victime plutôt que le coupable,

Mais jusque-là, appliquer strictement le cadre juridique existant et créer un environnement favorable pour les femmes qui ont été ou sont victimes de violence est la seule voie à suivre. »

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *