Saisissez votre recherche

Grèce Sejour

Koumoutsakos : Ces derniers jours, il y a eu une tendance croissante des flux migratoires

Le vice-ministre de l’Immigration et de l’asile, George Koumoutsakos, a accordé une interview au journal “Parapolitika”, où, entre autres, il a été invité à parler de l’immigration, de la Turquie, ainsi que du nouveau pacte d’immigration.

Interrogé sur l’immigration :

« La Grèce n’est pas un terrain sans surveillance. Ces derniers mois, une baisse des flux allant jusqu’à 90% a été enregistrée. C’est un grand succès. C’est un fait qu’au cours des derniers jours, il y a eu une tendance à l’augmentation des flux. Je ne l’attribue pas tellement à la météo. Je ne peux pas exclure d’emblée une ré-instrumentalisation de l’immigration par notre difficile voisin, comme pression pour l’Europe à l’approche du Sommet crucial. »

Pour le nouveau pacte d’immigration et d’asile :

« Depuis un temps, à l’initiative de la Grèce, nous avons formé avec les autres pays européens de première ligne, l’Italie, l’Espagne, Chypre et Malte, un groupe cohésif qui pense et s’exprime de la même manière. L’obligation de solidarité avec les États de première ligne et la répartition équitable de la charge d’immigration entre tous les États européens sont des éléments essentiels de la politique européenne d’immigration et d’asile. La destination des flux migratoires n’est pas les 5 pays de la Méditerranée. C’est l’Union Européenne dans son ensemble. Il n’est pas possible ni juste, pour 5 pays de soulever seuls le poids des 27. Nous partons de cette position fondamentale et de deux principes de négociation : Rien ne peut être obligatoire si tout n’est pas obligatoire. Et rien n’est considéré comme convenu, si tout n’est pas convenu. »

A propos la Turquie :

« La Turquie devrait pleinement appliquer la déclaration commune euro-turque de 2016 : accepter les retours de Grèce, sceller les canaux et couper progressivement les flux d’immigration illégale. L’Europe doit courageusement déterminer immédiatement la forme de ses relations avec la Turquie. La timidité envoie un message de faiblesse à Ankara. »

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *